Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Depuis la mi-mars, de nombreux jeunes LGBT+ sont contraint.e.s de vivre avec leurs familles du matin au soir. Violences intrafamiliales, renfermement sur soi… : pour certains d’entre eux, le confinement a pris des allures de cauchemar.

« C’est de plus en plus dur à supporter (…). Sans mes amis, avec qui je discute à distance, j’aurais déjà craqué. » Antoine est à bout de nerfs. Pour ce jeune homme de 17 ans, la cohabitation avec son beau-père en temps de confinement est devenue impossible. « Avant, je ne pouvais le croiser que le soir. Maintenant, je suis avec lui sans arrêt, souffle Antoine. Il est de plus en plus à cran. »

Ça a commencé par des insultes. « Il me demandait de ne pas l’approcher, car il ne voulait pas “ devenir pédé ” ou me disait d’aller me “ faire enculer ” ». Et c’est allé en s’empirant. « Il a levé la main sur moi pour la première fois il y a quelques jours. »

Sans permis de conduire et vivant dans une zone rurale, Antoine passe la majeure partie de son temps dans sa chambre où il suit, depuis son ordinateur, une formation professionnelle. Et la situation de ce jeune gay est loin d’être isolée.

  La suite

Coronavirus-COVIDー19-Les jeunes LGBT+, victimes collatérales de la crise du Covid-19
Tag(s) : #temoignages, #sciences, #homophobie

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :