Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La ministre auprès du ministre de l’Intérieur et en charge de la Citoyenneté annonce auprès de notre journal toute une batterie de mesures pour s’attaquer plus efficacement aux dérives sectaires.

Le projet de loi sur la laïcité et les séparatismes prévoit plusieurs volets permettant de renforcer les moyens de l'Etat face aux multiples phénomènes sectaires. Marlène Schiappa qui sonne l'alarme face à une recrudescence de ces pratiques annonce que l'Etat va « utiliser les mêmes méthodes d'action contre les groupements sectaires que contre l'islamisme radical » notamment par la mise en place de contrôles inopinés dans des associations qui pourront, le cas échéant, être dissoutes plus facilement.

Enfin, la ministre révèle qu'elle a demandé à la police nationale et à la gendarmerie « d'évaluer les nouvelles pratiques (NDLR : sectaires), en particulier en ce qui concerne l' Eglise de Philadelphie, celle qu'aurait créée la mère de Xavier Dupont de Ligonnès. Les pouvoirs publics doivent savoir s'il y a d'autres familles comme celle des Ligonnès, sous l'emprise d'un tel groupement. »

Quelles sont les nouvelles formes de dérives sectaires ?

MARLÈNE SCHIAPPA. Dans l'inconscient collectif, une secte renvoie par exemple à l'Ordre du temple solaire ou à de grandes organisations. Or, ce qu'on observe depuis quelques années, c'est la floraison de petites structures. En France, ont été identifiés environ 500 groupes de déviance sectaire. Ils touchent 50 000 adultes et 90 000 mineurs. Avec l'épidémie, on assiste à une recrudescence du phénomène dans le secteur du développement personnel, des soins alternatifs, du bien-être ou du sport. Sous couvert d'activités bienveillantes, la finalité est le gain financier, mais aussi l'emprise sur les personnes. La fragilité générale, sanitaire, économique et sociale du moment offre un terreau favorable.

Les outils actuels pour lutter contre les sectes sont-ils à la hauteur ?

Je renforce la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes). Elle ne fera plus simplement de la veille ou de l'analyse. Elle sera dirigée par une magistrate. Cette structure, qui est désormais rattachée au ministère de l'Intérieur et sous mon autorité, sera davantage liée aux forces de sécurité intérieure. Je vais lui associer un nouveau conseil d'orientation. Le magistrat et ancien élu Georges Fenech, la députée du Nord Brigitte Liso, la présidente de l'Union nationale des associations de défense des familles et de l'individu victimes de sectes (UNADFI) Joséphine Lindgren-Cesbron ou encore la psychologue spécialiste de l'emprise morale Marie-France Hirigoyen en feront notamment partie. Parallèlement, j'adresse une circulaire aux préfets leur demandant d'accroître leur vigilance et d'augmenter la détection, en systématisant les signalements aux autorités judiciaires et en lançant des dissolutions administratives. Celles-ci seront aussi facilitées après la loi séparatisme.

Pourquoi ?

Dans le projet de loi sur la laïcité et la lutte contre les séparatismes, deux nouveaux motifs de dissolution d'une association ou d'un groupement de fait vont être créés. Ils seront ajoutés au code de la sécurité intérieure. D'abord, les « agissements portant atteinte à la dignité de la personne humaine ». Ensuite, le fait d'exercer contre des individus « des pressions psychologiques ou physiques dans le but d'obtenir des actes ou des abstentions qui leur seront gravement préjudiciables ».

Source

Dérives sectaires : «Il y a une floraison de petites structures», alerte Marlène Schiappa
Tag(s) : #sectes, #secte, #manipulation mentale, #miviludes, #escrocs sectaires, #escrocs

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :