Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vendredi 10 juillet, les membres de la Miviludes apprenaient qu’ils devraient déménager de toute urgence dans des locaux exigus et loin de leurs archives. Prise au cœur de l’été, dans l’effervescence de l’installation du nouveau gouvernement, cette décision ressemble à un coup fatal porté à un organisme en sursis depuis neuf mois.

La première décision concrète du gouvernement Castex serait-elle un coup en douce ? C’est l’avis des proches de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) et du monde associatif engagés dans la lutte contre les sectes : vendredi 10 juillet, sur les coups de 16 heures, le personnel de la Miviludes, stupéfait, apprenait au détour d’un mail que son déménagement aurait lieu la semaine suivante. Sa destination ? Un bâtiment de l’avenue de Ségur dépendant de Matignon, supposément « provisoire » avant un nouveau changement d’adresse d’ici à deux mois. « Mais on sait que le provisoire a souvent vocation à durer », ironise un proche du dossier. L’équipe, passée de 14 à 8 membres et privée de président depuis près d’un an, perd au passage ses liaisons téléphoniques – les lignes fixes n’étant pas transférées, tout comme les ordinateurs et surtout de précieuses archives, accumulées depuis plus de deux décennies. « Personne ne sait qui aura la garde de ces documents ultra-sensibles », s’alarme un fonctionnaire de Matignon. « Je m’en servais toutes les cinq minutes, impossible de travailler sans y avoir accès », déclare à Marianne Georges Fenech, qui dirigea la Miviludes entre 2008 et 2012.

La suite

Lutte contre les sectes : la Miviludes déménagée en douce
Tag(s) : #secte, #sectes, #miviludes, #manipulation mentale, #escrocs sectaires, #escrocs

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :