Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La Miviludes (Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires) appelle à une attention accrue. Depuis le début du confinement, certains groupes considérés comme « déviants » profitent de la situation pour étendre leur influence

Le 26 avril dernier, la Préfecture de Saône-et-Loire prévenait que « des faits de prosélytisme par téléphone » avaient été signalés. Elle ajoutait : « ce prosélytisme peut se faire aussi par courriel ou par courrier manuscrit déposé directement dans les boîtes aux lettres ». La Miviludes (Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires) ainsi que les associations de prévention et de lutte contre les dérives, alertent et demandent de « maintenir le contact avec les personnes isolées et les plus fragiles (…) pour les inciter avec bienveillance à suivre seulement les recommandations officielles des autorités sanitaires ». 

Paradoxalement, l’association Cercle laïque contre le sectarisme déclare n’avoir reçu que très peu d’appels depuis le début de la crise sanitaire. « On est confinés, les groupes déviants le sont donc aussi. » Ils sont moins présents physiquement, « sur le terrain », à tracter par exemple dans la rue ou à faire du porte-à-porte. Mais pas forcément moins actifs. Ils trouvent aujourd’hui de nouveaux canaux de communication pour s’adresser à leurs « fidèles » ou pour recruter. « Certains reçoivent par exemple des courriers, ou des messages sur les réseaux sociaux ». 

Des prophètes qui prétendent avoir les réponses

​​​​​Mais comment peut-on rentrer dans le jeu de ces groupes ? « On vit une période très anxiogène » affirme le psychiatre dijonnais Clément Guillet. « La crise sanitaire que nous traversons nous questionne beaucoup. Elle interroge notre rapport à la mort et plus généralement, elle soulève des angoisses existentielles ».
Cette recrudescence anxieuse est donc propice aux approches des groupes sectaires. « Ces gens essaient d’apporter des réponses aux angoisses de chacun. Ils profitent de la situation. » Certains peuvent être avides d’explications, en quête de réponses en cette période incertaine, et « c’est un appel d’air pour les dits-prophètes ou gourous ».

L'isolement comme facteur d'embrigadement

Il y a ceux qui sont déjà fragiles psychologiquement, qui sont donc davantage surveillés par le corps médical. Mais il y a tous les autres, qui n’avaient pas forcément de signes précurseurs et qui, aujourd’hui, se retrouvent isolés. « L’isolement psychologique et géographique facilite les discours sectaires ». Ne plus pouvoir se déplacer, à cause des mesures de confinement, peut entraîner aussi une forme d’angoisse existentielle. « Pour se prémunir, il est essentiel de garder un lien fort avec ceux qui comptent. » Amis, familles, collègues, voisins… Conserver un contact n’a jamais été aussi important. 

La suite

 

Voir également:

Sectes, gourous, etc - Eviter aux ados de se laisser piéger


Pèlerins d'Arès ou révélation d'Arès. "Une rencontre fortuite"


Dossier sur les sectes. Pèlerins d'Arès ou révélation d'Arès (le gourou s'appelle Michel Potay)

Coronavirus : des risques de dérives sectaires pendant le confinement
Tag(s) : #sectes, #secte, #sciences, #revelation d'ares, #scientologie, #pelerins d'ares, #miviludes, #michel potay, #manipulation mentale, #escrocs sectaires, #escrocs, #Témoins de Jéhovah

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :