Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ce n’est pas un hasard si le voile se développe au même rythme que l’islamisme. Ce n’est pas défendre les musulmans, ce n’est pas traiter l’autre en égal, que de se taire ou de céder sur la question du voile.

 

Ces dernières années, chaque saison est l’occasion d’un nouvel épisode dans la saga du voile. Ce dernier mois par exemple, une affiche du Parlement jeunesse Wallonie présentait l’image d’une jeune fille voilée, tandis que Décathlon proposait à la vente un hijab de running. Gageons qu’à l’approche de l’été, c’est le burkini qui refera surface. À chaque saison, la question du voile ressurgit ; le voile à l’école, le voile au travail, le voile à la plage et le voile en politique.

Il est désormais banal de voir des femmes et des filles voilées dans la rue, les publicités ou les magazines, quand ce n’est pas sur des listes électorales ou au sein même des institutions, comme ce fut le cas avec l’élection de Mahinur Ozdémir en 2009 (CDH).

Des suprématistes blancs, des assassins sèment la mort en Nouvelle-Zélande et, immédiatement, la Première ministre néo-zélandaise arbore le voile.

Pourtant, dès que quelqu’un ose interroger sa signification profonde, il est sommé de se taire, parfois avec une violence extrême. "Raciste !", "islamophobe !", les mots sont lâchés et il n’est plus possible de se parler. Sous couvert de tolérance, certains imposent une véritable omerta. Pourtant, ce n’est pas un hasard si le voile se développe au même rythme que l’islamisme.

 Le hijab est une prison sexiste, mortifère, aliénante
Tag(s) : #secte, #religion, #islam, #islamisme, #intégriste
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :