Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Symbole de l’émancipation des femmes, du droit de chacune à disposer de son corps, le Planning est aujourd’hui en butte à un fort débat interne : plusieurs militantes souhaitent remettre en cause la laïcité et en faire un mouvement « intersectionnel ». Avec un risque : que les particularismes religieux prennent le pas sur les droits des femmes. Le congrès qui aura lieu en 2019 s’annonce difficile pour les tenants de l’universalisme, de plus en plus minoritaires au sein du mouvement.
Une affiche avec deux corps nus enlacés pour une campagne sur la contraception. Ça, c'était dans les années 70. En 2018, c'est une femme voilée que l'on pouvait voir postée sur le mur Facebook d'une antenne du Planning de Marseille. Cette évolution est révélatrice d'un changement à l'oeuvre au Planning. Il est le fruit des militantes les plus jeunes, plus sensibles aux thèses « intersectionnelles ». L'intersectionnalité est un concept venu des États-Unis qui désigne le fait de subir plusieurs formes de discrimination. Par exemple, être victime de racisme et de sexisme quand on est une femme noire. Mais son interprétation consiste parfois à remettre en cause la laïcité et à privilégier des injonctions religieuses au détriment de l'égalité femmes-hommes. Le 25 novembre dernier, lors de la manif pour la Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, on a pu voir place de la République à Paris une immense pancarte signée par le Planning du Pas-de-Calais : « Le Planning familial sera intersectionnel ou ne sera pas. » Le ton est donné. Plusieurs « historiques » confient être inquiètes devant l'influence de militantes très proches des thèses indigénistes. « Aujourd'hui, les jeunes n'ont pas de parcours politique. Ils sont donc manipulables sur des idées de générosité, sur la culpabilité postcoloniale », analyse une ancienne militante. Comment s'est opéré ce basculement ? Certaines militantes évoquent un « noyautage » à partir de 2009, avec l'arrivée de Carine Favier à la tête du mouvement, plus sensible aux thèses relativistes.
Quand le planning familial veut renoncer à la laïcité
Tag(s) : #Charlie Hebdo, #secte, #religion, #islam, #islamisme
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :