Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sorti en salles le mercredi 20 novembre, Les Eblouis de Sarah Suco, un film franceinfo, nous plonge dans l'univers des sectes. La réalisatrice y raconte sa propre histoire. Celle d'une adolescente dont les parents ont été embrigadés dans une communauté religieuse.
L'occasion de faire un point sur la lutte contre les sectes alors que le gouvernement a décidé de placer la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) sous l'autorité du ministère de l'Intérieur et non plus sous celle du Premier ministre. "C'est une bonne nouvelle pour les sectes. C'est incontestablement une très mauvaise nouvelle pour tous ceux qui luttent contre le phénomène sectaire", a réagi mercredi 20 novembre sur franceinfo Georges Fenech, ex-président de la Miviludes de 2008 à 2012. L'ancien magistrat a rappelé que le phénomène sectaire touchait 500 000 personnes dont "60 à 80 000 enfants".
franceinfo : Comment expliquez-vous ce changement ?
Georges Fenech : Les conséquences vont être terribles. La mission interministérielle, qui existe depuis 1996 sous l'autorité du Premier ministre, est une mission qui remplit un vrai rôle social auprès des quelque 500 000 de nos concitoyens qui sont touchés par le phénomène sectaire, dont 60 à 80 000 enfants. Faire migrer cette mission vers le Comité interministériel de prévention de la radicalisation et de la délinquance, c'est une très, très mauvaise solution parce qu'encore une fois, l'emprise mentale, le phénomène sectaire est différent du phénomène de la radicalisation.
Plus de 500 000 de nos concitoyens sont touchés par le phénomène sectaire, dont 60 à 80 000 enfants, estime l'ancien magistrat Georges Fenech
Tag(s) : #sectes, #secte, #escrocs sectaires, #escrocs, #manipulation mentale, #scientologie, #revelation d'ares, #pelerins d'ares, #michel potay, #tj, #Témoins de Jéhovah, #Catholicisme, #christianisme
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :