Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Depuis quelques semaines, des témoignages d’abus sexuels affluent sur les réseaux sociaux. Ils accusent un influent berger d’une communauté nouvelle ivoirienne d’emprise psychologique, d’extorsion de fonds et d’abus sexuels.
Ces derniers jours, des prêtres ivoiriens ont invité les autorités du diocèse d’Abidjan à tirer au clair cette histoire.
Depuis quelques semaines, des publications faisant état de présumés abus sexuels dans une communauté nouvelle ivoirienne se multiplient. Les victimes estiment avoir subi une emprise psychologique, des abus sexuels et une extorsion de fonds de la part du responsable de cette communauté.
Samedi 6 juin, dans une publication sur sa page Facebook, le père Père Vast-Amour Adjobi, prêtre du diocèse d’Abidjan est revenu sur les faits en donnant plusieurs détails : « Depuis plusieurs semaines, nos téléphones sont inondés de révélations sur des abus de tous ordres au sein du ministère Sacerdoce Royal, mettant en cause son responsable modérateur et certains de ses collaborateurs en Côte d’Ivoire et en France », a écrit ce prêtre ivoirien pour qui cette histoire interpelle l’Église sur son accompagnement des communautés.
Le responsable du ministère d’évangélisation Sacerdoce royal est Abraham Marie Pio. Cet apostolat catholique, membre de la coordination des communautés nouvelles de Côte d’Ivoire, réunit des milliers de personnes dans ses séances de prière qui ont lieu à Angré, dans la commune de Cocody (Abidjan), les vendredis et dimanches.
Discerner le vrai du faux
Aux yeux du père Adjobi, même s’il faut discerner le vrai du faux dans ces témoignages, « nous ne pouvons pas priver les victimes authentiques du risque de la parole ». « Les écouter sera au moins les respecter sans baigner dans un triomphalisme accusateur », estime-t-il tout en plaidant pour une « écoute organisée et digne » de toutes victimes d’abus d’autorité spirituelle dans toutes les structures qui se réclament de notre Église.
Les pères, Rodrigue N’sanman et Marc-Arthur M’Bala également prêtres du diocèse d’Abidjan abondent dans le même sens tout en invitant à respecter la présomption d’innocence du mis en cause. « Le droit à la justice qui donne de porter une attention particulière aux incriminations des présumées victimes vaut autant pour Abraham Marie Pio dont l’honorabilité et la respectabilité sont en jeu », estiment ces prêtres, qui se posent aussi un certain nombre de questions sur le déferlement soudain de toutes ces accusations et leur mode opératoire, les réseaux sociaux plutôt que les structures d’Église mais aussi sur le silence d’Abraham Marie Pio.
En Côte d’Ivoire, polémique autour d’accusations d’abus sexuels dans une communauté nouvelle
Tag(s) : #secte, #religion, #manipulation mentale, #christianisme, #Catholicisme
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :