Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un homme révéré et insoupçonnable, usant de son aura pour soumettre à ses désirs des femmes intimidées, et ses dernières qui, découvrant la piteuse réalité, s’unissent pour faire tomber le puissant... Plus de 20 ans avant MeToo, la Thaïlande avait été secouée par l’incroyable scandale de Phra Yantra. Winai Laongsuwan, de son vrai nom, était dans les années 1980 l’un des moines les plus respectés du pays, où le Bouddhisme est religion d’Etat. À la tête de nombreux monastères, suivi par des fidèles lui vouant un véritable culte en soi, il publiait poèmes contemplatifs et sages préceptes, prêchait à la radio et à la télévision, et même hors des frontières. Là d’où, en 1995, viendra sa chute…
Avant cela, il aura fallu le courage d’une nonne, Kaewta Mongchid, qui, dans un courrier adressé au patriarche de l’église thaïlandaise, avait accusé Phra Yantra de l’avoir contrainte à des rapports sexuels. Puis les langues se sont déliées. On découvrira que lors de ses fameux voyages pour répandre la bonne parole à travers le monde, le bonze multipliait les relations, pourtant interdites aux moines : qu’il s’imposait à certaines femmes grâce à son prestige ; qu’il avait une fille cachée dont il avait demandé à la mère d’avorter ; et qu’il avait embobiné une riche fidèle pour s'offrir grands restaurants et maisons closes... Pas vraiment l'ascèse en somme.
Selon une pratique assez commune dans ce genre de cas, sa hiérarchie l’a protégé dans un premier temps, avant de se retourner contre lui. D’abord décidé à défier le Conseil suprême qui l’avait défroqué, Phra Yantra a finalement quitté le pays, et obtenu l’asile politique aux Etats-Unis en évoquant les menaces des plus hautes autorités après le scandale. Redevenu Winai Laongsuwan, il a regagné la Thaïlande en 2014, après la prescription de charges d’injures contre le clergé, sans toutefois pourvoir reprendre la robe. En 1995, notre reporter Patrick Forestier avait enquêté à Bangkok, pour raconter, dans un long récit, «les turpitudes de ce diable au couvent»...
Il y a 25 ans, le "nouveau Bouddha" thaïlandais était un moine débauché
Tag(s) : #secte, #manipulation mentale, #bouddhisme, #escrocs sectaires, #escrocs
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :