Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La décision du pape de ne pas accepter la démission du cardinal Barbarin peut-elle être comprise ? La réponse de Danièle Hervieu-Léger, sociologue des religions, directrice d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS)

La situation est illisible, autant en externe qu’en interne. Le point de départ de cette confusion, ce n’est pas la décision du pape mais c’est l’appel du cardinal Philippe Barbarin. Il l’a voulu, sous la pression de ses avocats et pour rétablir sa dignité de citoyen, mais à travers cela, il a perdu sa dignité d’évêque dont la première responsabilité est d’assurer l’unité du peuple qui lui est confié. Il était peut-être légitime de faire appel comme citoyen, mais pas comme évêque. L’archevêque de Lyon aurait eu la dignité de ne pas faire appel, le pape aurait pu accepter sa démission, celle de quelqu’un qui s’est simplement tu et qui porte les fautes morales et juridiques commises par ses prédécesseurs. Le cardinal Barbarin serait alors sorti par le haut.

Danièle Hervieu-Léger : « L’image désastreuse d’une institution qui se protège »
Tag(s) : #Catholicisme, #secte, #religion, #pédophilie
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :