Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

(Article pour abonnés)
Partir et être «exclu» par ses proches ou faire semblant de croire à une religion en dépit des désillusions ? Parmi les 200 000 témoins de Jéhovah de France, certains ont choisi de claquer la porte. Témoignages.
« À 25 ans, j'ai eu un réveil. Pour certains, ça prend des années, moi, ça m'a pris quelques heures. Quand on est endoctriné, on a des écailles dans les yeux et tout d'un coup… elles tombent ». Des Témoins de Jéhovah, mouvement religieux se réclamant du christianisme et connu pour sa méthode de prédication de porte-à-porte, Michaela (prénom d'emprunt) connaît les moindres rouages. Elle est « née dedans », ses parents, oncles et tantes se sont baptisés dans les années 1980. Mais aujourd'hui, cette webdesigneuse de 26 ans, pétrie de doutes quant à ses croyances religieuses, veut quitter les rangs de cette communauté qui compte de 150 à 200 000 membres en France.
Michaela, qui se décrit comme « apostate et quasiment inactive » au sein des Témoins de Jéhovah, se bat contre la pression familiale, le poids d'une communauté aux multiples interdits et la peur de l'isolement. Car elle le sait, si elle quitte définitivement ce mouvement fondé sur l'attente de l'Apocalypse, la jeune femme qui vit chez ses parents sera « excommuniée ». Une exclusion de la religion aux conséquences qu'elle sait irrémédiables : « Lors du culte en famille, mon père nous a expliqué que si l'un de nous est excommunié, il le considérera comme mort »
«Ma famille me considérera comme morte» : pourquoi des Témoins de Jéhovah ont peur de rompre avec la communauté
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :