Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Selon ce qu’en rapporte Le Devoir, l’historien et sociologue Gérard Bouchard aurait défié le ministre Simon Jolin-Barrette lors de son témoignage devant la commission parlementaire sur le projet de loi, en exigeant de ce dernier « au moins une preuve que le port de signes religieux par un enseignant a des effets négatifs sur les élèves de sa classe, auquel cas il pourrait appuyer le projet de loi 21 ». Gérard Bouchard exige donc un « motif supérieur » pour en justifier leur interdiction.
Place au biais cognitif
Plutôt que de s’en tenir aux effets, le sociologue devrait chercher sa preuve dans la cause. La psychologie cognitive et la linguistique y pourvoient avec succès. Cette preuve, elle s’appelle le biais cognitif. L’existence de nombreux biais cognitifs qui affectent l’esprit de tout être humain est un fait scientifiquement prouvé. N’importe quel spécialiste en sondage vous dira toute la difficulté qu’il y a à formuler des questions dépourvues de tout biais cognitif. Les enseignants, entre autres, n’échappent pas à cette servitude. Or le langage, si prégnant en éducation, est un puissant vecteur de biais cognitifs. Nous le savons depuis que le philosophe Paul Grice a mis en exergue ce qu’il a appelé les « implicatures conversationnelles », une variété linguistique de biais cognitifs, distincte des présuppositions sémantiques.
Québec. Laïcité: «motif supérieur»? Bien sûr.
Tag(s) : #Athéisme, #laïcité, #sectes, #religions
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :